Histoire de Tahara, girafe d’Egypte

Au théâtre de l’île Saint-Louis
Les 1er, 3 et 4 avril 2009 à 18h30

« Que fit la curiosité scientifique alliée au caprice d’un roi. »
Déportée, exilée, débarquée, à Marseille, Tahara, girafe née des dunes d’Egypte vint à pied à Paris dans la liesse populaire pour être présentée au roi Charles X le 30 juin 1827.

Texte : Jeanne Gatard
Musique : François Daudin Clavaud
Flûte : Michel Boizot
Récitants :
Sylvia Lipa Lacarrière
Michel Boizot

39, quai d’Anjou, Paris 4e, Réservations: 01 46 33 48 65

Version Imprimable
Théâtre de l’île Saint-Louis

Jacques Lacarrière et le Théâtre

Banquet Littéraire
Présenté par Jean Guiloineau
Lectures de Sylvia Lipa-Lacarrière

« On ne vulgarise pas la connaissance, on la partage. On ne communique pas un savoir, comme si notre cerveau était une outre qu’il suffit de presser, on le met en commun, et, ce faisant, on le met en question. « 
A propos des années de travail avec Jean Vilar à Avignon (p 130 Un rêve éveillé, soixante ans de passion pour le théâtre éd. Transboréal)

Mercredi 18 novembre à 20h
à la Ferme de Viry-Châtillon, face à la mairie

buffet dînatoire—gratuit sur inscription
participation par un dessert ou une bouteille

renseignements—réservations
Le Coq-à-l’âne 01.60.77.75.43—06 76 65 44 87

Istanbul 2009

Hommage à Jacques Lacarrière

Le 6 octobre 2009 à 18h30
L’Institut Français d’Istanbul rend hommage à l’écrivain, poète, traducteur et avant tout voyageur, humaniste et grand ami de la Turquie, Jacques Lacarrière (1925-2005).

Récompensé par le Grand Prix de l’Académie Française en 1991 pour l’ensemble de son œuvre, Jacques Lacarrière a écrit de nombreux livres sur la Grèce antique et moderne, mais il s’est aussi beaucoup intéressé à la Turquie, Syrie, Egypte, Inde…

L’actrice Sylvia Lacarrière, épouse de Jacques Lacarrière, lira quelques textes de ce grand intellectuel et ses amis écrivains, notamment Nedim Giirsel et Ôzdemir Ince viendront lui rendre hommage. L’exposition de peinture d’Omer Kalesi, peintre admiré de Jacques Lacarrière, viendra accompagner magistralement cet hommage.

Par ailleurs, Sylvia Lacarrière réalisera, le mardi 6 octobre à 11h une lecture de textes soufis et sur la pensée soufie au département de Philosophie de l’Université de Galatasaray.

Le 7 octobre à 20h30
Julien Bernard Jalaleddin Weiss
Kanoun

Né à Paris, Julien Bernard jalaleddin Weiss abandonne une carrière de guitariste classique en 1978 pour se consacrer à l’étude du kanoun auprès de maîtres turcs, syriens, égyptiens, irakiens, tunisiens, libanais et iraniens. Il fonde en 1983 l’ensemble Al Kindî, et enregistre plus de 20 disques (le dernier, « Parfums Ottomans »). Il se produit dans les théâtres et festivals les plus prestigieux : Carnegie Hall, Théâtre de la Ville de Paris ou encore Queen Elisabeth Hall avec de nombreuses créations nourries des traditions liturgiques soufies. En mai 2009 il monte le Ayini Serif Huzzam du compositeur ismail Dede Efendi pour l’Opéra de Lille avec une formation de 35 artistes d’Istanbul. Il réside entre Istanbul, Paris et Alep. Il a participé avec Jacques Lacarrière, dont il était l’ami, à plusieurs soirées littéraires et à l’inauguration du temple tibétain de Kagyu Ling en 1987.

Exposition Ömer Kalesi
Né en 1932 à Srbitza en Macédoine, Orner Kalesi émigre en Turquie avec sa famille à l’âge de 24 ans. Après ses études à l’Académie des Beaux-Arts d’Istanbul, il s’installe, en 1965, à Paris. Encore étudiant, il voyage à la découverte de la Turquie profonde. Son périple le conduit sur les pas des philosophes et humanistes du 13ème siècle, Meviâna, Haci Bektas Veli et Yunus Emre. Ses tableaux, en particulier ceux de derviches et de bergers, se nourrissent de ses impressions de ce voyage.

Jacques Lacarrière a consacré plusieurs textes à l’œuvre d’Ômer Kalesi, dont l’impressionant livre Orner Kalesi- Trajectoires publié par la Galerie Tem.

«… Ainsi sont à mes yeux ces peintures, ces portraits, hors du temps qui ne regardent plus qu’en eux-mêmes. Qu’on les nomme derviches ou bergers, ils disent un horizon sans fin, fait de poussière ou de prière, balayé par un vent Paraclet qui les subjugue et qui les fige. Oui, ils viennent d’un pays terrestre, ils portent le manteau des humbles et la coiffe des anatoliens mais en fait ils sont déjà parvenus ailleurs. Peut-être en ce lieu entrevu par les Gnostiques et les Soufis, où nous attend notre véritable image venue à notre rencontre. Bien qu’immobiles, figés ou pétrifiés en leur danse immobile, en leurs gestes de cosmonautes saisis par l’apesanteur, ils nous forcent à suivre leur voyage, à devenir témoins de leurs noces avec l’invisible. Ils sont une danse heureuse, une fête, une liturgie de gestes et à ‘attente. Et je sais maintenant ce qu’en eux je perçois vraiment : ils sont des chrysalides où un nouvel homme est en train d’éclore. »
Jacques Lacarrière, Paris, 1992

Cette exposition, réalisée en hommage à Jacques Lacarrière et en partenariat avec la Galerie Tem, est proposée dans la galerie et sur les murs extérieurs de l’Institut Français d’Istanbul du 6 au 27 octobre 2009

Dans la Forêt des Songes Episode premier

THOUSTRA

Par Michel Boizot
Au Théatre de l’île Saint-Louis à Paris

 » Un moment de grâce du festival off, Avignon 2009  » Le Point, 16/07/09
 » Jamais Jacques Lacarrière n’a inventé une fable aussi libre, aussi baroque et joyeuse que celle-ci il n’a jamais écrit un ouvrage aussi malicieux, aussi taquin, aussi fantasque soumettant son érudition à la loi de la légéreté et de la drôlerie « 
Gilles Lapouge Le Magazine Littéraire
15€ – étudiants de moins de 25 ans, avec une carte: 10€
Réservation 01 46 33 48 65
En octobre 2009
18h30: les 15 et 16
En décembre 2009
18h30: les 9 et 10
En janvier 2010
18h30: le 29
15h00: le 31
En février 2010
18h30: les 19 et 26
En avril 2010
18h30: les 14 et 15

Informations Théatre de l’île Saint-Louis

En cheminant avec Jacques Lacarrière

A la Maison Jules Roy

Vendredi 18 septembre 2009 à 18h30 au Clos du Couvent – Rue des Ecoles, Vézelay

« Je ne crois au hasard que s’il s’inscrit
dans un destin d’étoiles,
je ne me reconnais de patrie
que dans la voie lactée »
Jules Roy

« Ma patrie première, en tant qu’écrivain, c’est ma langue, le français. Et donc, tout ce qu’une langue porte et nourrit : une histoire, une mémoire, un devenir, un avenir les quatre points cardinaux de ce qu’on peut nommer une culture. »
Jacques Lacarrière

Avec Sylvia Lipa-Lacarrière accompagnée de Catherine Ferran (sous réserve),Guilène Ferré, Françoise Huart, Maud Rayer et Lorant Hecquet, Michel Boizot, voix et flûte.

Lectures choisies dans les textes de Jacques au plaisir de chacun.

Informations Maison Jules Roy de Vézelay

Exposition Tô Bich Hai

Exposition du 3 au 31 juillet 2009
L’Ame Enchantée
11 rue Saint-Etienne
Vézelay

Vernissage le 3 juillet 18h30
Lectures d’extraits du livre de Jacques Lacarrière Le Pays sous l’écorce
par Sylvia Lipa-Lacarrière

Des branches. Des feuilles. Des pétioles. Des folioles. Un monde ramifié qui bouge, bruit et bondit. Un royaume de verdures, de vertiges et de vents. Un labyrinthe de souffles et de murmures. Un arbre en somme.

Version imprimable

Affiche

Informations Vézelay

Etonnants Voyageurs 2009

 20 ans pour nous en souvenir… Beaucoup de ceux qui furent de l’aventure initiale nous ont quittés, même s’ils continuent d’inspirer le festival.

Et il serait paradoxal que nous ne les évoquions pas. Ne serait-ce que pour nous souvenir à travers eux comme la littérature française était fermée, repliée sur elle-même, il y a 20 ans.
Vingt ans… Nicolas Bouvier, Jacques Lacarrière, Jacques Meunier, Jean-Claude Izzo, Christian Rolland, nos compagnons d’aventure, auraient été les premiers à le souhaiter : que le festival, en cet anniversaire, soit tourné d’abord vers le présent, et l’avenir. Il a une puissante raison à le faire : aujourd’hui plus sûrement encore qu’hier le cours de la littérature prouve que notre intuition était juste. »
Michel Le Bris

Programme Chemins faisant à Saint-Malo du 30 mai au 1er juin 2009

Samedi 16h15 : Une autre langue que la nôtre
Jacques Lacarrière et la traduction, lecture Sylvia Lipa-Lacarrière

« Traduire n’est pas trahir mais transplanter. Le résultat dépend du terreau d’accueil. Tout traducteur est un transplanteur, donc un herboriste ou un jardinier du langage. »

Dimanche 18h00 : Dans la forêt des songes épisode1
Dernier livre de Jacques Lacarrière mis en scène et joué par Michel Boizot

 Programme complet sur le site d’Etonnants Voyageurs

Contre-nuits

Contre-nuits est un ensemble de textes en prose et en poèmes nés à partir des gravures à la manière noire d’Albet Woda. Nous avions déjà fait ensemble, il y a quelques années, un ouvrage intitulé Erèbe/Ebène composé de huit gravures à partir de huit poèmes écrits précédemment. Contre-nuits est une œuvre plus diversifiée, un chant plus ample dans lequel j’ai voulu traduire le profond mystère émanant de ces gravures où surgissent des cieux en genèse, des paysages de début et de fin du monde et où volent des oiseaux égarés, des silhouettes humaines perdues dans l’immensité de l’Ailleurs. Gravures et poèmes traduisent ce cheminement du noir au lumineux, de l’obscurité primitive à la transparence de l’espace. Les poèmes sont comme le contre-chant de ces gravures intenses, évocatrices d’une nuit en genèse, ils sont, en tout cas, ils voudraient être la mélodie de ce qui naît, du cœur des matrices du temps. Et si, comme je l’ai dit plus haut, quelques oiseaux parfois y volent, si quelques silhouettes humaines souvent y déambulent au cœur de paysages d’avant l’homme, c’est parce que la terre, et tout ce qui y pousse, s’y ordonne ou s’y enchevêtre, est saisie en son éternelle gestation. Contre-nuits est un hymne à l’aurore, à la sombre beauté de la nuit qui enfante.

Jacques Lacarrière.

Apprendre à voir la nuit.
Apprendre à distinguer les arcanes du noir, les strates de l’obscur, les mille antichambres des ombres, les noms secrets du ténébreux.
Et pouvoir parler de la nuit quand celle-ci devient blanche. Quand elle quitte les profondeurs de l’Erèbe pour s’aventurer en plein jour.
Et qu’elle y éclipse le soleil de midi. Que le zénith devient nadir. Apprendre en somme à devenir hibou.
A aimer à minuit.
A dormir à midi.
A savoir élucider le monde de la nuit au point de pouvoir distinguer à minuit au cœur de la forêt, sans faute ni sans faille aucune, les rêves enclos du perce-neige.

Editions Alternatives