Sur les chemins d’Anatolie

Poèmes, musiques et chants des mystiques soufis
Les Asikou Amoureux ont composé du XIII° siècle jusqu’à aujourd’hui de magnifiques poèmes sur leur quête incessante et passionnée d’amour humain et d’amour divin.

Le plus connu de ces poètes errants, Younous Emré, a écrit des centaines de poèmes dont beaucoup sont encore chantés en Turquie car il les composa en turc, langue populaire et non en persan qui était la langue savante de l’époque. A ses côtés, avant et après lui, d’autres poètes troubadours ont écrit et laissé eux aussi d’admirables hymnes, prières ou invocations. Ils ont constitué en leur temps un florilège unique de poèmes et de chants, mais aussi un message d’amour, de tolérance, d’humanité et de lumière. Jacques Lacarrière

« … De Younous Emré à Achik Daimi, ces bardes de l’Orient, le même crédo humaniste (avant que ce mot ne fut dénaturé), n’a cessé de s’exprimer, qui préfère la pureté du cœur au respect des dogmes ».Françoise Arnaud-Demir

Évocation en musique et sous forme de libre promenade des lieux, des paysages et des hommes qui ont traversé cet océan qu’est l’islam mystique.

Avec Mahmout Demir, saz, Sylvia Lipa-Lacarrière, récitante, Elie Guillou et ses carnets de voyage.

Nous avons plongé dans l’Essence et fait le tour du corps humain Trouvé le cours des univers tout entier dans le corps humainEt tous ces cieux qui tourbillonnent et tous ces lieux sous cette terre Ces soixante-dix mille voiles dans le corps humain découverts Les sept ciels les monts et les mers et les sept niveaux telluriques L’envol ou la chute aux enfers tout cela dans le corps humainEt la nuit ainsi que le jour et les sept étoiles du cielLes tables de l’initiation sont aussi dans le corps humainEt le Sinaï où monta Moïse – ou bien la Kaaba L’Archange sonnant la trompette mêmement dans le corps humain La Bible et l’Ancien Testament et les Psaumes et le Coran Toutes paroles écrites se trouvent dans le corps humainCe que dis Younous est exact nous avons confirmé ses dires Dieu est où le met ton désir : tout entier dans le corps humain.

Younous Emré, trad. Guzine Dino et Marc Delouze

Omer Kaleisi

VENDREDI 22 MARS 2019 À 18H30 Bibliothèque de Saône-et-Loire, 81 chemin des Prés – Charnay-les-Mâcon. Edwige Labruyère – Tél. : 07 85 11 87 78 

Fragments

Nouvelles et récits de Grèce
Le 23 avril 2018, Athènes a donné le coup d’envoi d’une année de célébration de la lecture, de la culture et de la connaissance, comme Capitale mondiale du livre 2018 de l’UNESCO. « Des livres partout » est le mot d’ordre de cette manifestation. La cité antique célèbre les livres de mille et une façons pendant un an, d’avril 2018 à avril 2019.

La Ville s’est associée à plus de cent cinquante institutions d’éducation, à des écrivains et à l’industrie du livre. Des centres culturels, musées, groupes de la société civile, start-up, organisations non gouvernementales (ONG), ambassades et organisations internationales ont répondu présents à l’appel. Rejoints, comme il se doit, par quelque cent cinquante bibliothèques à travers le pays, qui proposent, sous l’égide de la Bibliothèque nationale de Grèce, des programmes spéciaux dans le cadre d’une campagne de lecture estivale.

Les Fragments s’inscrivent dans cette année de célébration du livre : composé de cinq nouvelles écrites par des auteurs grecs contemporains et de quatre courts récits d’auteurs français, ce volume est un hommage à la Grèce, à son histoire, à la place du livre dans cette histoire. Des photos de Jacques Lacarrière des années 1950,1960 accompagnent et complètent les textes – les Iles et le Mont Athos –, une façon de rendre également justice au patrimoine naturel du pays

Toutes les informations

Lectures pour le temps présent

Retrouvons-nous pour la parution en poche de Ne lâchons pas la proie du soleil pour l’ombre des écrans ou Ce bel aujourd’hui de Jacques Lacarrière

Lectures par les compagnes et compagnons de Chemins faisant

Mercredi 8 mai à partir de 18h30
à l’Atelier Galerie, 4 rue Audran 75018 Paris

Métro les Abbesses ou Blanche

Ce bel et nouvel aujourd’hui qui compose la première partie avait été publié du vivant de Jacques Lacarrière en 1989. Il est complété par « Etonnements d’un promeneur solitaire », des « textes retrouvés » plus tard, et le total compose « Ce bel et vivace aujourd’hui ». C’est peu dire que cette seconde partie m’a emballée – je l’ai trouvée lumineuse et elle m’a réjoui le coeur. Il y a par exemple une promenade dans une ville aux bacs pleine de poésie, avec l’art de surprendre le lecteur avec une langue de conteur poète.
Enfant et homme tout à la fois, tous deux accordés en l’être qu’il était par la grâce du compagnonnage d’Héraclite et de Félix le Chat, Lacarrière nous rappelle l’audace et la nécessité fondamentale des mythes pour nous aider à donner du sens à notre présence au monde. Et, interrogé sur l’événement majeur du millénaire finissant, il retient surtout la découverte de l’inconscient. Plus que l’Amérique ou les microbes, car il est ce qui lui « semble être ce qui avait le moins de chances d’être découvert car il est en nous… en ce qu’on pourrait appeler le royaume fait de tous les enfers et de tous les paradis imaginés par les religions. (…) L’inconscient, c’est ce qui nous rapproche le plus des anges et des démons, du supra-visible et de l’infra-visible, du supra-sensible et de l’infra-sensible ».
Pourquoi lire cet ouvrage ? Pour se laisser surprendre par ce regard, s’émerveiller, s’émouvoir et, peut-être, voir le monde un peu différemment, le livre refermé, avec un peu plus de bienveillance, avec des dragons à protéger, qui « ne cracheront plus des flammes mais des fleurs ».
Véronique Poirson

Editions Le Passeur 2019
ISBN 978-2368907009