Dans les médias

Auxerre
Auxerre Magazine

La bibliothèque s'appellera Lacarrière.

Samedi 20 septembre 2008, la bibliothèque municipale deviendra la bibliothèque Jacques-Lacarrière. Un témoignage des liens qui unissaient ce grand humaniste à la ville d’Auxerre.

Version imprimable


Ouest France
Jacques Lacarrière retrouvé - 30/12/2008

L'oeuvre de Jacques Lacarrière, voyageur et écrivain, amoureux de la Grèce, est en partie éclipsée par l'immense succès de son Eté grec (1976) et par ses derniers récits lies aux bords de sa Loire natale. L"association «Chemins faisant», créée par les amis de l'écrivain après son décès en 2005, lui consacre un premier «Cahier», éloigné de l'hagiographie comme des études savantes réservées aux spécialistes. Les textes alternent poèmes, récits et réflexions. Tous s'attachent a retrouver le cheminement de la vie dans le simple bonheur d'exister qui fit de Lacarrière un perpétuel découvreur d'êtres, de paysages, de mots. Ces «mots qui sont aux hommes ce qu'est la sève aux arbres», selon une expression de Sylvie Germain dans son évocation de Lacarrière. tandis qu'Yvon Le Men retrouve le «conteur» de vie dans les livres d'un homme qui visitait le présent grâce au passé qui ne dit jamais son dernier mot. Jean Loup Trassard psalmodie toutes les naissances qui font une existence tandis qu'Abdouramane Waberi raconte comment il prit vie aussi en arpentant les rues de Vilnius. En tout. 26 artistes se sont réunis pour saluer la mémoire d'un homme accompli qui est toujours là, pour nous dire: Va par les livres et les êtres pour renaître à toi-même et aux autres. Yannick Pelletier.
Naissances (Cahiers Jacques Lacarrière I), ed.Christian Pirot. 136 p, 18€.




Le Monde 2     Le Monde 2
Ecrivains voyageurs
"Deuxième volet d'une série consacrée à quelques auteurs français qui ont parcouru le vaste monde"
"Jacques Lacarrière
UN GREC D'ELECTION"
Dossier de onze pages.
Sommaire :
- Les humanités sac au dos
- Itinéraires héllènes
- Un voyage au mont Athos
- La renaissance de la Grèce à l'Europe
- L'alpha et l'oméga
- Guerre froide au village
- Que reste-t-il de nos voyages
- L'érotisme fou de Marie d'Alexandrie




Une vie Une oeuvre sur France Culture
Le 13 septembre 2009 de 10 heures à 11 heures

Jacques Lacarrière
(1925-2005)
L’écriture et la vie

Une émission de Sophie NAULEAU, réalisée par Ghislaine DAVID

Avec :
Michel Le Bris, Gilles Lapouge, Maurice Petit, Sylvia Lipa-Lacarrière, Luis Mizón & la voix de Jacques Lacarrière.

Sur le site de France Culture...


Laissez la Macédoine intégrer l'Europe !
Dans un article publié dans le journal Le Monde du mercredi 14 avril, un article du président de la Macédoine, Georgi Ivanov, à propos de son pays et de son intégration dans l'Europe, a terminer son texte en sitant des propos tenus par Jacques Lacarrière à Prespa lors d'une rencontre entre différents pays des Balkans autour du théâtre :

"Au printemps 2003, nous avions reçu en Macédoine un grand écrivain français, le regrétté Jacques Lacarrière. Au bord de Prespa, un lac partagé entre la Macédoine, la Grèce et l'Albanie, il avait prononcé dans les trois langues de ces pays une phrase qui résonne encore dans mon esprit : "Il est tout aussi important pour l'Europe que pour les Balkans de reconnître que nous avons eu des milliers de passés différents, mais que nous avons un seul avenir commun"


Clés

Jacques Lacarrière

L’un de nos meilleurs écrivains, grand marcheur devant l’éternité. Parmi ses livres citons Sous l’écorce (éd. du Seuil), La Poussière du monde (éd. Nil) et Le Nouvel Aujourd’hui (éd. Lattès).

Des cauchemars ou des rêves, j’en ai et ils ne vont pas se manifester davantage à cause d’un symbolique passage de millénaire.

Dans la série des craintes, disons que je crois moins aujourd’hui à un danger atomique qu’à un danger génétique. Les vraies menaces me semblent être venues de ce pouvoir exorbitant que nous nous sommes octroyé de modifier la structure interne des êtres. C’est un pouvoir faustien par excellence : si le diable, si Satan existait, il ferait des clones aujourd’hui. Ce serait vraiment la dérision de la création, si l’on veut se placer d’un point de vue théologique, puisque c’est la reproduction à l’infini, de façon répétitive et industrielle, d’un être qui, par définition ne devrait pas être. Chaque être humain est, doit être, unique ­ du moins sur ce plan de la création ­ et le clone est sa négation absolue : le clonage s’avère en cela satanique. On va m’objecter des raisons scientifiques : je dirais qu’à ce niveau-là on fait encore une de ces expériences dont on ne sait strictement rien de ce qu’elle va donner sur l’homme, ce qui s’avère d’autant plus grave que l’on touche les fondements mêmes de la vie. Voilà donc ce qui me semble mettre le plus en question le sens même de notre existence. Dans la nature, seuls les organismes unicellulaires se reproduisent à répétition : alors, faut-il qu’au terme d’une évolution millénaire on redevienne un bourgeon pensant ? Tout le système social et familial va se trouver remis en question. C’est peut-être la seule invention qui rassemble toutes les terreurs de la science fiction de ce siècle, Orwell et Huxley en tête.

Ma vision positive inverse ce postulat et pose la question de l’utilisation de nos formidables moyens : on a en effet tous les moyens pour agir de façon plus intelligente pour le bien de l’humanité. Pourquoi ne le fait-on pas ?

Mon rêve essentiel et qui n’a rien de secret, puisque je le répète sans cesse aux collégiens et lycéens que je rencontre dans des classes où j’interviens en conférence, c’est que l’être humain prenne conscience que la Terre est un être vivant à qui nous faisons subir des dommages de plus en plus irrémédiables. Il faut faire sentir notre appartenance vitale et viscérale à la Terre.

Les lieux sources :

Il y a ceux qu’on découvre et ceux qu’on construit. Pendant longtemps, la forêt a été mon lieu idéal de ressourcement. Puis je me suis construit un lieu de méditation dans mon grenier où je me retire tout en me sentant relié à l’univers. Mais je trouve que les choses prennent plus de sens encore dans les méditations collectives : dans le silence ensemble, qui augmente la concentration intérieure. On multiplie ses sens, et l’essence, avec les autres.

Mon icône :

Cette miniature du Sanctae hildegardis Revelartiones de Hildegarde de Bingen avec ce commentaire : " L’homme a de la terre, la chair ; de l’eau, le sang ; de l’air, le souffle ; du feu, la chaleur. Sa tête est ronde à la manière de la sphère céleste. Ses yeux brillent comme les deux luminaires du ciel. Sept orifices le décorent, harmonieux comme les sept ciels. La poitrine, où se situent le souffle et la toux, ressemble à l’air où se forment les vents et les tempêtes. Le ventre reçoit tous les liquides, comme la mer tous les fleuves. Les pieds portent le poids du corps, comme la terre. L’homme tient la vue du feu céleste, l’ouïe de l’air supérieur, l’odorat de l’air inférieur, de l’eau le goût, de la terre le toucher. Il participe à la dureté de la pierre par ses os, à la force des arbres par ses ongles, à la beauté des plantes par ses cheveux " (Honorius d’Autun, Elucidarium).

Livres :

Le seul livre que j’avais emporté lorsque j’étais parti tout seul à pied, quatre, cinq mois durant, à travers la France, était La Divine Comédie de Dante dans la collection " La Pléiade ", parce qu’elle ne tenait pas de place. Je l’ai abandonnée au bout de huit jours parce que tout ce que je voyais était dix fois plus important que n’importe quel livre. Les livres, on les retrouve toujours, mais les gens que je rencontrais chaque soir dans un village, je ne les reverrai jamais.

Musiques :

Celle des anges.