A quoi peut bien servir un livre ?

A l'inverse de la musique qui nous inonde quotidiennement dans la rue, les magasins, les gares, les trains, les avions et même les répondeurs téléphoniques des maisons d'édition, la littérature ne vient jamais spontanément à nous. Il faut aller vers elle.
A quoi peut bien servir un livre, si ce n'est à permettre de réfléchir et de rêver. Pour moi, les deux sont indissociables. Ce qu'on nomme la littérature n'est pas un genre ou une activité extérieure à la société, au contraire elle en est le miroir, le témoin, le complice. Je n'ai évidemment aucune solution toute faite à proposer pour que les jeunes d'aujourd'hui cessent de s'en détourner et prennent goût à la lecture mais il est évident que l'école est le meilleur moyen pour la promouvoir et la soutenir.
Ce lien entre un livre et un lecteur restera toujours une affaire personnelle car le livre est un espace de liberté où chacun peut et doit inventer sa lecture. Alors que beaucoup de média nous enferment et nous conditionnent, le livre nous ouvre les portes de l'imaginaire. La littérature n'est ni d'hier ni d'avant-hier, elle n'a pas d'âge et nous est donc contemporaine. C'est elle, ce sont eux, les auteurs, qui sont les valeurs sûres de notre vie, pas les cours de la Bourse de New-York ou de celle de Tokyo. Et puis, rien n'interdit d'associer la littérature à l'enseignement scientifique. Il n'y a entre elle et la science aucune hostilité ni aucune incompatibilité. L'une et l'autre sont deux voies parallèles pour tenter de comprendre le monde. Il y a quatre outils essentiels à tout homme curieux de ce (et de ceux) qui l'entoure(nt) : le microscope, le télescope, le livre et la poésie. C'est finalement tout cela que contient le mot littérature. Avec, c'est vrai, cette écharde en lui qu'est le mot nature. Mais cela est une autre histoire !