A l'orée du pays fertile

    Anthologie poétique personnelle
Parution à l’occasion de la 13e édition du Printemps des poètes (7 au 21 mars 2011)

« Il n’est de manque véritable que le vide d’un monde privé de poésie. »

Dans cette anthologie qu’il avait lui-même composée, Jacques Lacarrière nous livre plus de cinquante ans de voyage dans l’intimité de sa poésie, une poésie nourrie de paysages, de rencontres et de mythes.

« Être, à chaque mot, contemporain du premier homme : Adam des mots » : telle aurait pu être la devise de celui qui partagea sa vie entre son amour de l’écriture et sa passion des civilisations anciennes. Plus célèbre pour ses romans et ses récits de voyages, il a toutefois eu un véritable parcours poétique, plus discret mais issu de rencontres déterminantes, parmi lesquelles le surréalisme avec André Breton, la négritude avec Aimé Césaire, les grands classiques de la Grèce antique, avec la traduction de Sophocle ou d’Hérodote ou la peinture de Giorgio de Chirico. S’ajoute à cette liste celle des voyages, des traversées : Patmos, l’archipel des Cyclades, le Mont Athos, mais aussi la France, entre campagne et ville.

Celui qui chemine au creux de cette anthologie le comprend aussitôt : le tempérament nomade de son auteur imprime à cette poésie le caractère de l’éphémère, du fugitif. Les figures mythologiques, qu’elles soient argonautes, centaures, néréides ou gorgones, affluent sous la bannière de l’Immémorial Orphée - figure éternelle du poète. La contemplation des paysages, qui offre au langage ses états singuliers, cède devant le récit épique des batailles de l’Aurige, ce conducteur de char dont on retrouva la statue à Delphes. Le cri d’Icare tombant dans la mer résonne comme le cri originel de tout être humain. Cette poésie se situe entre un monde de nature et un monde par-delà la nature, empreint de mythe. De chaque mot, de chaque image, se dégage une sagesse infinie, loin de la contingence des époques, légère comme le nuage et solide comme le minéral. Car les éléments - eau, vent, feu, terre - sont partout présents, seules forces à l’épreuve du temps. Ces poèmes apparaissent donc, selon les termes de l’auteur lui-même, « bucoliques, agraires, forestiers, telluriques, aériens, nébuleux ou céréaliers. » Ils font parvenir jusqu’à nous la voix tout à fait singulière d’un bel esprit, généreux et contemplatif.

Paris, Seghers Laffont, 2011


Bookmark and Share

Cahiers Jacques Lacarrière 2, Méditerranées

Cahiers Jacques Lacarrière     Le deuxième cahier de l'association Chemins faisant, intitulé Méditerranée est disponible en librairie depuis le 21 mai 2010, il est également possible de la commander directement auprès de l'éditeur.


Pour ce deuxième numéro des «Cahiers», si nous avons choisi le thème des « Méditerranées », c’est que parmi cette mer et terres méditerranéennes qu’il savait multiples, il avait rencontré celle qui allait devenir « l’Omphalos de sa poétique et de sa philosophie, mais aussi de son art de vivre ».


La première partie réunit des textes de Jacques Lacarrière sur cette mer qu’il avait faite sienne, sur cette terre qui devînt sa « patrie amoureuse » ; la seconde invite, comme pour le premier « Cahiers », plusieurs auteurs qui nous entraînent dans « leur » Méditerranée – Jacques Darras, Vassilis Vassilikos, Leïla Sebbar, Edith de La Héronnière, Abdellatif Laâbi, Tahar Bekri, Jeanine Baude, Lawrence Durrell, Nedim Gürsel, Christine Buci-Glucksmann, Alain Joxe, Adonis.


Bon de commande
Christian Pirot éditeur

La vie et l’écriture


La vie et l'écriture. L'amour et l'écriture. L'ailleurs et l'écriture.

Pas d'ambition. Pas de concessions. Peu d'argent. Beaucoup d'amour. Beaucoup d'amis. Pas de calculs.

Refus des gloires enviées. Des itinéraires préparés. Des chemins publics. Des compromissions. Des institutions.

Écrire seulement pour être. Pour s'engager. Vers les autres. Avec les autres. Écrire pour dériver de l'homme ancien. Écrire pour dériver vers l'homme à naître. Rien d'autre.

Sourates, Ed. Fayard


Trois devinettes liées à L'été grec, au Pays sous l'écorce et à Ce bel aujourd'hui :

1.Si Jacques Lacarrière était un personnage de la mythologie, qui serait-il ?
2.Si Jacques Lacarrière était un animal, lequel serait-il ?
2.Si Jacques Lacarrière était un objet de la vie moderne, que serait-il ?

Réponses :

1. PROTÉE, fils de Poséidon, qui savait s'adapter à toutes les situations et revêtait les formes les plus diverses, au gré de son plaisir ou de la nécessité du moment.

2
• une CIGALE, car contrairement à la fourmi, elle ne vit pas égoïstement repliée sur elle-même,
mais prodigue son temps et son chant.

• une ARAIGNÉE, car à partir de sa propre substance, elle fabrique une toile qu'elle enroule autour
d'elle, tel le conteur qui tisse des phrases à partir des mots sortant de sa bouche.

• un BERNARD-L'ERMITE, qui n'hésite pas à accepter l'hospitalité de coquilles lui servant de
maisons, se transformant et s'enrichissant ainsi à leur contact.

3. Au choix :

une GRUE (pour aller haut), un TRAIN (pour aller loin), un AVION (pour aller haut et loin), un
SATELLITE (pour aller encore plus haut et plus loin), mais surtout pas un téléphone portable, cet
«embryon momifié», à moins... à moins qu'il ne permette un jour de converser avec les anges.

Un rêve éveillé

    Textes de Jacques Lacarrière sur la troupe du théâtre antique de la Sorbonne, la tragédie grecque, Avignon et Jean Vilar, le festival d’Avignon, le théâtre des Balkans, l'Opéra.


Dionysos

Dieu du vin, c’est vrai et donc de l’ivresse. Mais aussi dieu fondateur du théâtre. Le vin, l’ivresse révèlent la face obscure, ignorée de nous-même. Le théâtre, lui, révèle à l’homme sa filiation avec les grands courants, les grandes forces du monde, les dieux, le destin, l’histoire et la cité.
Dionysos est le dieu des miroirs cachés, des sorties hors du corps par transes et extases, des possessions brutales mais fertiles qui font de vous, le temps d’un rêve ou d’une danse, l’éphémère réceptacle d’un dieu. Dionysos nous relie ainsi aux forces vives et assoupies de l’univers, il abolit en nous le temps et, comme Icare, nous entraîne au cœur d’un ciel nocturne et extatique.
Dionysos est un dieu qui multiplie l’homme en libérant en lui les forces et les élans de ses désirs les plus secrets avec évidemment le risque qu’on encourt : extase ou perdition, s’alléger ange ou s’alourdir démon. Mais là, le choix n’est pas dans le vin mais en vous.

Editions Transboréal

Cahier Jacques Lacarrière : Naissances

Cahiers Jacques Lacarrière    

Pour ne pas perdre son empreinte, l’association Chemins faisant qui réunit les amis de Jacques Lacarrière a décidé de publier chaque année un « Cahier » où se rencontrent des auteurs, des peintres, des poètes sur des thèmes qui lui étaient chers : l’émerveillement, la nature, le voyage…

Si nous avons choisi pour ce premier numéro ce thème des Naissances, c’est parce qu’il est en harmonie avec le parcours de Jacques Lacarrière dont l’écriture est née de lieux et de rencontres comme autant de nouvelles venues au monde. Né à Limoges, il doit cependant sa vraie naissance à la Sologne et à la Loire.

La première partie réunit des textes de Jacques Lacarrière sur ce fleuve « qui coulera toujours au cœur de sa mémoire » ; la seconde invite vingt-deux écrivains, compagnons de route de tous horizons – Sylvie Germain, Salah Stétié, Ananda Dévi, André Velter, Michel Le Bris... – à dire ce qui, pour chacun, a représenté une « naissance ».


Bon de commande     Christian Pirot Editeur



                    Sommaire

                 Jil Jouanard    Des cahiers pour mémoire
                 Jacques Lacarrière    Où sommes-nous nés?
                 Jacques Lacarrière    Naissances
                 Yvon Le Men    Pour Jacques Lacarrière
                 Pierre Bergougnioux    Le Chemin
                 Jean-Pierre Siméon    Genesis et gnôsis
                 Sylvie Germain    Dédouanage
                 Vénus Khoury-Gatha    Naissance
                 Nirnrod    Connaissance d'Aimé Césaire
                 Valérie Marin-La-MesIée    Soudain visible
                 Jacques Meunier    Souvenir d'enfance d'un ethnologue défroqué
                 Abdourahman A.Waberi    Pas de neige chagalienne pour Vilnius
                 Breyten Breytenbach    Je mourrai et j'irai chez mon père
                 Werner Lambersy    Petite mythologie personnelle
                 Pascal Dibie    La Naissance
                 Kadhim Jihad Hassan    Naissance et Temps retrouvé
                 Francesca Yvonne Caroutch    Naissance quotidienne

Syndiquer le contenu